Observatoire du vélo à Ottignies-LLN

Type d'étude: 
Observatoire
Région(s): 
Région wallonne
État: 
En cours

Afin d’évaluer l’utilisation du vélo sur Ottignies-Louvain-La-Neuve, Pro Velo et la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve ont décidé de mettre en place, en 2008, un observatoire régulier des déplacements à vélo. Cet observatoire permet, non seulement, de mesurer l’impact des mesures de promotion mais surtout de donner à la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve les capacités de mesurer quantitativement et qualitativement le degré d’utilisation du vélo pour agir concrètement sur le terrain.

Nous avons donc analysé le nombre de cyclistes, le type de cyclistes (homme, femme, enfant), l’équipement des cyclistes (vélo pliant, casque, siège bébé) et enfin la provenance et la direction de ce dernier. Ces comptages ont eu lieu à différentes périodes de l’année et en une dizaine de points stratégiques choisis en collaboration avec le Collège communal et le service d’éco-conseil de la ville.

Un potentiel cycliste non négligeable !

La ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve bénéficie d’une fréquentation cycliste très importante par rapport à sa taille. Pour certains points de comptage (comme la gare d’Ottignies), on comptabilise une moyenne de 52 cyclistes / heure au mois de septembre (contre une moyenne de 12 cyclistes / heure à Mons en 2006 ou 111 cyclistes / heure en 2006 à Bruxelles).

Les hommes plus en selle que les femmes

Les résultats nous montrent également que, comme dans beaucoup d’autres villes, les cyclistes d’Ottignie-Louvain-La-Neuve sont en majorité des hommes (environ 60 %) qui utilisent le vélo pour parcourir quotidiennement de petites distances (de un à quatre kilomètres) en direction de leur lieu de travail.

Le vélo a la cote en septembre

Le vélo est naturellement beaucoup moins utilisé en hiver que pendant la « bonne » saison (juin-septembre). La différence d’utilisation saisonnière entre les hommes et les femmes n’est pas très marquée. Nous constatons cependant une différence très marquée concernant les enfants. Ceci est peut-être dû au fait que le comptage de décembre a été effectué la dernière semaine (scolaire) de décembre et qu’une partie des enfants était déjà en vacances. Nous remarquons aussi que sur la commune d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, il y a plus d’enfants qui se déplacent à vélo que de femmes (excepté lors du comptage du mois de décembre).

Le casque moyennement utilisé

Bien que l’on trouve un fort pourcentage d’enfants à vélo (31 %) au sein de cet important potentiel cycliste, nous constatons que le casque est moyennement utilisé (un peu plus d’un tiers des enfants roulent casqués). Ceci pourrait s’expliquer par l’aspect plus rural de la commune d’OLLN où l’usager cycliste se sent peut-être plus en sécurité. Nous constatons aussi que peu de vélos sont équipés de siège bébé : 2 - 3 % contre 5,9 % à Bruxelles en 2008.

Les points sensibles

Ce comptage nous a aussi permis d’identifier les carrefours à soigner particulièrement et / ou à aménager. En effet, nous avons recensé divers points fortement fréquentés par les cyclistes « scolaires ». Notamment à la gare de Mousty ou carrefour du Blocry où nous avons remarqué que, de nombreuses fois, les enfants roulaient sur les trottoirs pour éviter le danger de la circulation.

 

 

 

 

La Gare d’Ottignies

La gare d’Ottignies est le point le plus fréquenté de la commune. Il est fréquenté essentiellement par des cyclistes navetteurs adultes. La plupart des cyclistes prennent le train pour se rendre à Bruxelles. La majeure partie vient du centre d’Ottignies et, en moindre importance, de l’avenue des combattants (Limal - Wavre) ainsi que du sentier de la gare. On constate une fréquentation « scolaire » largement en dessous de la moyenne.

Le rond point de la Citoyenneté

Le flux le plus important de cyclistes se fait entre l’avenue Paul Delvaux et le centre d’Ottignies. La fréquentation scolaire est en-dessous de la moyenne. Les enfants utilisent plus fréquemment dans ce rond point l’axe « rue des deux ponts ».

Pont du Pape / av. des Justes

Le flux de circulation le plus important se fait entre le quartier du Bauloy et le pont du Pape. Il s’agit d’un carrefour fréquenté par une majorité d’enfants. Cette observation conforte les aménagements cyclables entrepris au mois de décembre 2008.

Gare de Mousty

Ce carrefour est caractérisé par une fréquentation importante d’enfants provenant de la rue de la station et se rendant à la rue de Franquenies. On constate que face à la circulation automobile, les enfants roulent fréquemment sur le trottoir. Des aménagements spécifiques pourraient sécuriser le secteur et rendre le déplacement des enfants plus sécurisé sans mettre les piétons en danger. Ce carrefour est fréquenté par une majorité d’enfants et par quelques cyclistes navetteurs se rendant vers le centre d’Ottignies (gare).

Carrefour du Blocry

Il s’agit d’un carrefour fréquenté par une majorité d’enfants cyclistes. Les cyclistes empruntent le plus souvent le Bvd de Lauzelle en direction du quartier du Bauloy et un mouvement important d’enfants en direction de la Rue Mont St Guibert provenant de la rue de l’Invasion (Ottignies) et du Boulevard de Lauzelle (Ottignies) est aussi constaté. Ce carrefour doit donc être sécurisé au maximum.

(La taille des flèches sur le parcours n’est pas à l’échelle précise de la fréquentation. Elle nous donne juste un aperçu de la taille globale des flux des cyclistes constatés entre 7h et 9h. Nous pouvons donc imaginer qu’au retour le flux est de sens inverse.)

Ranges-vélos

Les cyclistes préfèrent de loin stationner leur vélo dans les abris vitrés « SRWT » bénéficiant d’un contrôle social plus important que les range-vélos « SNCB ». Nous avons noté qu’à chaque comptage, presque tous les range-vélos « SRWT » étaient utilisés contre seulement 20 % des range-vélos « SNCB ».

Cette analyse représente une photographie à plusieurs moments au cours de l’année 2008, qui nous permet déjà d’orienter les "politiques cyclables" de la ville : aménagement de carrefours, politique d’éducation au vélo dans les écoles à soutenir… Elle nous fait aussi prendre conscience que l’utilisation du vélo dans la commune n’est ni anecdotique, ni négligeable : à la gare d’Ottignies, on fait l’économie de nombreuses places de parking et on diminue la congestion du trafic routier grâce à ces nombreuses personnes qui se rendent chaque jour à la gare à vélo (sans parler de l’impact sur l’environnement, la santé et le portefeuille). Les potentialités sont donc là. En développant des incitants, la mobilité vélo des alentours de la gare pourrait être encore améliorée.
 

Le rapport de l’année 2008 de l’observatoire du vélo à Ottignies-Louvain-La-Neuve est téléchargeable dans son entièreté au format PDF ici.

Cette étude est réalisée en partenariat avec la Ville d’ Ottignies-Louvain-la-Neuve

 

Mots-clés: